fermer

L’opération grand site de la Pointe des Châteaux : la 1ère en outre-mer !

La Pointe des Châteaux


La Pointe des Châteaux est une péninsule située à l’extrémité Est de l’île de Grande-Terre, en Guadeloupe, à 45 km de Pointe-à-pitre et à 11 km de Saint-François, commune à laquelle elle est rattachée.

Ce site naturel d’exception mêle patrimoines culturel, naturel et historique sur fond de paysages à couper le souffle.

L’opération grand site

Une opération grand site (OGS) est un outil proposé par l’État et porté par les collectivités qui mettent en œuvre une logique de projet pour une gestion durable et concertée des sites classés de forte notoriétéElle doit permettre de garantir la protection du site particulièrement dans tout ce qui sera fait pour l’aménager afin de gérer sa forte fréquentation.

3 enjeux principaux: économique, social et environnemental.
Cartographie – Les principales zones d’intervention pour la préservation des salines du site

Le projet de la Pointe des Châteaux, initié en 1998, a été relancé en 2018 par la commune de Saint-François dans l’objectif de poursuivre les efforts engagés et viser à terme l’obtention du label Grand Site de France. Cette OGS serait l’unique sur l’archipel de Guadeloupe et la première des territoires ultra-marins.


Les particularités écologiques du site

Cette péninsule en zone inhabitée présente une variation d’écosystèmes et de nombreux points d’intérêt pour la biodiversité. En effet, on retrouve un panel de zones humides favorables aux animaux.

Les salines sont des retenues d’eau naturelle proches du littoral qui forment un milieu fragile apprécié notamment par les limicoles migrateurs et nicheurs. Par un processus d’évaporation d’eau de mer, la salinité y est importante, offrant des conditions particulières permettant le développement d’une flore et d’une faune caractéristiques des milieux salés (Jérémy DELOLME, 2018, Rapport – Diagnostic écologique de la Pointe des Châteaux

La Grande saline – l’incontournable zone humide de la Pointe des Châteaux, © PRZHT

La Grande saline de la Pointe des Châteaux est la plus grande saline de Guadeloupe avec 15 hectares d’eau.

La particularité de l’OGS de la Pointe des Châteaux est la prédominance de la prise en compte du patrimoine naturel:

La PDC est composée de six salines, chacune entourée par un cordon de mangroves captives. D’autres types de zones humides sont présentes avec une prairie humide et deux mares. Des forêts littorales bordent les plages qui laissent apparaitre un épais beach-rock à plusieurs endroits. Ce beach-rock est synonyme de l’érosion grandissante sur le site. Enfin, certains fronts de mer du site laissent place à de grandes falaises rocheuses. (Christopher SIBILIA, 2020, Rapport – Mise en place d’un plan de gestion à l’échelle de l’écosystème selon une approche floristique et faunistique).

Au total, 136 espèces végétales sont présentes et plus de 160 espèces d’oiseaux ont été observées. 
Le volet « préservation » de l’OGS tend vers une conservation floristique, faunistique et écosystémique du site de manière durable.

Phase 1 – Plan d’aménagement du site

Cette portion de territoire est soumise à de fortes pressions dues aux aléas naturels intensifiés par le dérèglement climatique (érosion, submersion marine, intempéries plus violentes, montée des eaux, hausse des températures, etc) comme en témoigne le comparatif photo qui suit :

Exemple d’une importante érosion menaçant l’équilibre de l’écosystème, Photo de droite : Février 2018 / Photo de gauche Février 2019, © Jérémy DELOLME

Le recul du trait de côtes est estimé à 1,5 mètre par an. En termes d’aménagement, le sentier se doit d’être détourné pour ne pas accélérer le phénomène d’érosion et donc éviter de dégrader davantage le littoral.

La principale problématique étant la pression anthropique due à une forte fréquentation : environ 550 000 visiteurs sont dénombrés chaque année sur le site de la PDC !

Ce lundi 18 octobre 2021, le coordinateur du plan de conservation de la Pointe des Châteaux : Jérémy DELOLME, a organisé une sortie terrain avec les partenaires pour pousser la réflexion autour des aménagements qui pourraient être envisagés dans le cadre de la Phase 1 « Préservation – Sensibilisation – Sécurisation » de la relance de l’OGS, en particulier sur la mise en défense des zones de reproduction des oiseaux nicheurs des salines dont les succès de reproduction sont en baisse depuis plusieurs années :

Suivi de reproduction du Gravelot de Wilson © Mairie de Saint-François

Sur 6 espèces nicheuses, seule le Gravelot de Wilson (Charadrius wilsonia) parvient encore à se reproduire sur les berges des salines, malgré de nombreuses sources de dérangement d’origine anthropique. Néanmoins le nombre de jeunes ne cesse de diminuer ces dernières années.

Les différents partenaires présents ce jour : Boris DOBRYCHINE (DEAL), Aude MICHON (ONF), Régis RAGAZZI (ONF), Anatoli BEC-CANET (OFB), Laurent MALGLAIVE (AMAZONA), Meryle QUILAIN (Mairie Saint-François), Angeline LOLLIA (PRZHT) et Dylan CLAMENS (PRZHT).

© PRZHT

Le site étant un lieu de migration de première importance pour l’avifaune en Guadeloupe, la sortie a été volontairement axée sur les potentiels aménagements aux abords des salines, à la fois en regardant l’aspect sécurité, sensibilisation et conservation des espèces cibles.

Observation sur la Saline des Resto – Jérémy DELOLME, Régis RAGAZZI et Anatoli Bec-Canet, © PRZHT
Exemple d’observation dans La longue-vue : deux Echasses d’Amérique © PRZHT
Échasse d'Amérique - Himantopus mexicanus
  • Présent toute l’année mais non nicheurs (niche ailleurs en Guadeloupe : saline Gosier, Petite-Terre).
    Dernier cas de reproduction en 2015 à la PDC, espèce très sensible au dérangement, à besoin de berges sans aucun passage.

    L’importance écologique du site de la PDC n’est plus à prouver et l’obtention du label Grand Site de France permettrait de mettre en place des moyens concrets de conservation pour sauvegarder ce patrimoine naturel et culturel.

    L'objectif principal est d'intégrer la présence humaine de manière durable, en allant vers un tourisme vert.

    C’est en ce sens qu’il est important d’informer les visiteurs de la richesse ainsi que de la fragilité du site ; pour cela la Mairie de Saint-François et les différents partenaires travaillent à l’élaboration d’un sentier pédagogique sur la flore menacée et patrimoniale.

    En cette fin d’année 2021, grâce à l’amélioration des conditions sanitaires, la concertation avec les habitants va pouvoir reprendre, les Saint-Franciscains devant être au cœur de ce projet d’intérêt général : une démarche concertée pour faire, de l’Opération Grand Site, une réussite à la Pointe des Châteaux.

     

    Pour compléter cet article, une vidéo réalisée par l’Office National des Forêts mettant en exergue la beauté de ce site :