Baie de l’embouchure

Posté le

galion2

Photo aérienne de la Baie de l’embouchure

Description géographique

Territoire : Saint-Martin

Localisation : Entre Oyster Pond et la Baie Orientale, au nord du Quartier d’Orléans, à l’Est de l’île.

Connexion au réseau hydrographique, hydrologie et saisonnalité : La Baie de l’Embouchure est une anse de 1000 ml de longueur située sur la côte Est (côte au vent) de l’île de St-Martin. Elle occupe une dépression peu profonde laissée au pied du massif volcanique qui a créé l’île de Saint-Martin, et forme une étendue plane située au niveau de la mer (avec une altitude maximale d’une dizaine de mètres). Elle apparaît bordée d’une longue plage de sable blond, tandis que les terres juste en arrière sont baignées par deux lagunes :
– les « Salines d’Orient » plus au nord, qui communiquent de façon périodique avec l’océan;
– l’« Etang aux Poissons » qui couvre environ 150 hectares, plus au sud ; il communique régulièrement avec la mer par une étroite embouchure située à l’extrémité Sud de la plage, et permet de drainer le bassin versant de Quartier d’Orléans.
L’ensemble du secteur est dominé par le point culminant de l’île, le pic Paradis (avec une altitude de 424 mètres). Cette baie rejoint la Baie Orientale au nord.

Flore et Faune

Flore

Le milieu marin de la Baie de l’Embouchure est d’une grande richesse écologique. Il offre une diversité intéressante de milieux, car il comporte à la fois des récifs coralliens et des zones d’herbiers de phanérogames marines et des mangroves.

En bordure du site, se développe des espèces caractéristiques :
– de la forêt xérophile, tels que le Mapou gris (Pisonia subcordata), le Poirier (Tabebuia heterophylla), et le Gommier rouge (Bursera simaruba).
– et de bord de mer, tels que le raisinier, le romarin, les palétuviers (Rhizophora mangle, Avicennia germinans, Conocarpus erectus, Laguncularia racemosa)…

Faune

La diversité des reptiles (telles que les tortues marines qui viennent y pondre, mais aussi les iguanes, les anolis et les ameives) et des insectes, est importante dans ce type de milieux.
Dans les mangroves avoisinantes (Salines d’Orient et Etang aux Poissons) de la Baie de l’embouchure, vivent mollusques, crustacés petits poissons de mer, nourritures de choix pour les oiseaux migrateurs qui viennent s’y reposer et s’y reproduire. Parmi ces oiseaux, on retrouve :
– Des limicoles : les bécasseaux, le chevalier grivelé, le plumier semi-palmé…
– Des anatidés : les canards de Bahamas et les sarcelles.
– Des oiseaux marins : les Sternes, le Balbuzard pécheur (Pandion haliaetus), le Pélican brun (Pelecanus occidentalis), la Frégate superbe (Fregata magnificens),…

Protections

Le site est protégé par le Conservatoire du Littoral et géré par la Réserve naturelle nationale.      
C’est également un site Ramsar et les deux lagunes sont labellisées SPAW et bénéficient d’un arrêté de protection de biotope.

Conservatoire du littoral   rnn143-logo  Ramsar  logo_car_spaw

Enjeux, production, usages et pressions

Le site est d’une importance majeure d’un point de vue écologique car il constitue l’une des dernières fenêtres naturelles, épargnée par l’urbanisation, sur le littoral de Saint-Martin.
Cependant, il est fortement menacé. C’est un site très attractif, fréquenté par les touristes, les pêcheurs, les sportifs, les promeneurs, … Ces activités occasionnent des dégradations au niveau du milieu naturel, ce qui le fragilise.

La mangrove des salines d’Orient, a quasiment disparu de part son état anthropique. Cette disparition a été constatée depuis les années 1970 ; aujourd’hui elle est de nouveau en progression.
Etant donnée la proximité des étangs aux zones d’urbanisation, on note une importante pollution des berges par les dépôts de déchets sauvages, ce qui pollue les sols et l’eau. Ces déchets favorisent également, la prolifération d’espèces nuisibles tels que les rats, les chiens errants.
L’urbanisation génère aussi une émission de rejets polluants vers les milieux aquatiques.

Les dunes en bordure du littoral de la Baie de l’Embouchure sont victimes de l’érosion éolienne, ce qui rend instable le sol et la végétation de bord de mer.

Histoire

De part sa faune marine très riche, le site de la baie de l’embouchure a attiré les populations amérindiennes qui y vivaient et s’y nourrissaient en pratiquant notamment la récolte de coquillages, en particulier de lambis, pour la consommation et la fabrication d’outils. Des vestiges attestent de leur présence.
Des vestiges de l’époque coloniale ont également été découverts sur le morne au sud de la Baie de l’Embouchure : on y a découvert du mobilier pouvant correspondre aux restes d’un village d’esclaves ou à des implantations postérieures à l’abolition de l’esclavage ; ainsi que les restes d’un bâtiment rectangulaire avec des murs maçonnés et un enclos carré en pierres sèches.

Découvrir le site

Située sur un trajet touristique, la Baie de l’embouchure peut être découverte à travers de nombreuses activités (plongée, kayak, bateau…).

Il est également possible depuis le site, de découvrir la mangrove de l’étang aux Poissons la plus grande de la partie française, à l’Ouest ; les ilets de la Baie de l’embouchure mais aussi Tintamarre, au Nord, tout en ayant des vues remarquables sur le milieu marin et, au loin, l’île de Saint-Barthélemy, à l’Est.

 

 

Contact

Cité administrative
de Circonvallation
Rue Alexandre Buffon
97100 BASSE-TERRE
05 90 81 81 29
gaelle.vandersarren@uicn.fr

Les autres Pôles-relais