Grande Rivière à Goyaves

Posté le

Grand Rivière Goyave Frederic Larrey

Description géographique

Territoire : Guadeloupe

Commune : Petit-Bourg

Superficie: 130km2

Latitude: 16°18’0″ N

Longitude: 61°36’0″ W

Connexion au réseau hydrographique, hydrologie et saisonnalité :

La Grande Rivière à goyaves, d’une longueur de 39,5 km, prend sa source dans les hauteurs de la Basse-Terre au cœur du Parc National (versants du Morne Bel-Air, 1155m d’altitude), et s’écoule en direction du nord en traversant la ville de Petit-Bourg, puis serpente vers les communes de Sainte-Rose et de Lamentin, où elle marque la frontière entre celles-ci, et finit par se jeter dans le Grand cul-de-sac marin, face à l’îlet Fajou.

Les cours d’eau de Basse-Terre se caractérisent généralement par de faibles linéaires et des bassins versants de petite taille (10 à 30 km2), à l’exception du bassin versant de la Grande Rivière, dont la surface de 130 km2 en fait le plus important cours d’eau de la Guadeloupe.
Les principaux affluents de la Grande Rivière à goyaves sont : la Rivière du Premier Bras, Bras de Sable, Bras David et la Rivière Janikeetee.

Faune et Flore

Flore

Partant du centre de la Basse Terre pour rejoindre le Grand cul-de-sac marin, la Grande rivière à goyaves traverse une multitude d’écosystèmes très variés : forêts ombrophiles et mésophiles, plaines cannières, prairies humides, mangroves, vallons, zones agricoles…

Concernant la mangrove de l’estuaire de la rivière, quatre espèces de palétuviers façonnent trois paysages se succédant depuis le bord de mer vers l’intérieur des terres en fonction de la topographie et de la salinité du sol :
– Une zone pionnière constituée de palétuviers rouges (Rizophora mangle), facilement reconnaissables à leurs racines aériennes en arceaux
– Une zone intérieure, au sol vaseux, où se développe le palétuvier noir (Avicennia germinans) remarquable à ses pneumatophores (excroissances aériennes des racines) qui sortent perpendiculairement de la vase
– Une zone bordière où l’on trouve le palétuvier blanc (Laguncularia racemosa) et le palétuvier gris (Conocarpus erecta)

Faune

L’avifaune est particulièrement intéressante. De la mangrove à la forêt, en passant par les prairies humides, ces milieux abritent et nourrissent de nombreuses espèces d’oiseaux :
– des oiseaux de mer (Sternes, Frégates, Pélicans Bruns),
– des oiseaux des milieux d’eau douce (Poules d’eau, Martins pêcheurs),
– des oiseaux terrestres (Passereaux, Pic noir ou « toto bwa »).

Frégate superbe - Fregata magnificens -

Frégate superbe – Fregata magnificens

C’est en bordure de mangrove, dans les zones humides et inondées peu profondes (vasières et salines), que l’on observe la plupart des espèces, qui y trouvent une nourriture très abondante sous forme de crustacés, coquillages, mollusques, bernard-l’ermite et petits poissons. Ce réservoir de nourriture fait également le bonheur du raton (ou racoon, Procyon minor), mammifère omnivore originaire d’Amérique et qui fut introduit en Guadeloupe.

Au niveau aquatique, en amont de l’estuaire de la rivière, la biomasse est dominée par les crustacés (ce sont les crevettes des familles Atyidés « cacadors » et Palaemonidés du genre Macrobrachium « Ouassous » qui sont les plus représentées) puis les poisons (les plus communs et abondants étant les Colle-roches Sicydium sp., et les mulets de montagne Agonostomus monticola).

Protections et Reconnaissances

L’embouchure de la Grande rivière à goyaves, en tant que zone humide intégrée dans le Grand cul-de-sac marin, est classée « Réserve de la Biosphère » et est inscrite sur la liste RAMSAR.

De plus, les écosystèmes de l’archipel guadeloupéen, tout comme la Grande Rivière à goyaves, ne connaissant pas de frontières administratives, il est donc impératif que les initiatives en matière de politiques d’aménagement ou de protection fassent l’objet d’une démarche de coopération entre les différentes divisions administratives concernées. C’est pourquoi un contrat de rivière, sous l’égide de la Communauté des Communes du Nord Basse-Terre, a été élaboré sur ce site. La coopération intercommunale doit permettre de définir un cadrage pour une politique d’aménagement solidaire entre les communes et ainsi aboutir vers une gestion adaptée et commune du site.

Ramsar    canbt logo

Enjeux, usages, productions, pressions et gestion

La Grande rivière à goyaves étant le plus long cours d’eau de la Guadeloupe (elle draine 1/6 de l’île de la Basse-Terre), plusieurs portions de son bassin versant sont soumises à diverses formes de pollutions :
– pollution induite par les rejets industriels. Citons comme exemple ceux produits par les distilleries : les vinasses (résidus liquides issus de la distillation du rhum, très acides et riches en matières organiques) sont rejetées dans les rivières et dans les baies sans traitement préalable, ce qui entraîne une chute de la teneur en oxygène de ces milieux et donc une asphyxie de la faune et de la flore.
– pollution d’origine domestique : le réseau d’assainissement des eaux usées n’ayant pas toujours été aux normes, ces eaux se sont déversées (et continuent de se déverser encore sur certains sites) directement dans la rivière et ses affluents. L’exemple le plus flagrant est la station d’épuration du Lamentin dont le milieu récepteur des rejets liquides n’est autre que la mangrove située à l’exutoire du cours d’eau principal.
– pollution agricole : elle résulte prioritairement d’une utilisation de produits phytosanitaires. La contamination des organismes marins de la baie du Grand Cul-de-Sac Marin et de l’embouchure de la Grande Rivière à goyaves a fait l’objet de plusieurs études. Le chlordécone a été détecté dans plusieurs espèces aquatiques (brochet de mer, crabes et crevettes qui concentrent fortement cette molécule). La pollution au chlordécone est limitée aux mangroves situées autour de l’embouchure de la Grande Rivière à Goyaves et provient probablement de la contamination des terres agricoles situées sur le bassin versant de celle-ci. Ce dernier étant en grande partie composé de ferralsols (ou « sols ferralitiques » : sols rouges très riches en oxydes de fer et en oxydes d’alumine), il faudra 2 à 3 siècles pour que la dépollution « naturelle » ne se fasse via le lessivage par les eaux de drainage.

Histoire

Autrefois connue sous le nom de Rivière Saint Charles, elle fut ensuite renommée « Grande rivière à goyaves » en raison de la grande quantité de goyaviers qu’on y trouvait.

Découvrir le site

Depuis son embouchure, il est possible de remonter la Grande Rivière à Goyaves sur environ 3km et de découvrir ainsi la mangrove la bordant. De nombreux opérateurs touristiques situés sur les communes bordant le Grand cul-de-sac marin proposent de visiter ce lieu en bateau, kayak ou pédalo. Une autre possibilité s’offre aux randonneurs : la rivière peut également se faire à pieds en partant de différents endroits, notamment de Petit Bourg par les hauteurs de la lézarde.

Contact

Cité administrative
de Circonvallation
Rue Alexandre Buffon
97100 BASSE-TERRE
05 90 81 81 29
gaelle.vandersarren@uicn.fr

Les autres Pôles-relais